Le Maroc au Rendez-vous du donner et du recevoir pour une éducation d’excellence

VOYAGE D’ÉTUDES EN TERRE D’ESPOIR :
LE MAROC AU RENDEZ-VOUS DU DONNER ET DU RECEVOIR POUR UNE ÉDUCATION D’EXCELLENCE

Depuis son accession au pouvoir en 1999, soit depuis 17 ans, le roi Mohamed VI (53 ans) a placé au centre de ses priorités le pari de la coopération sud-sud en allant notamment à la conquête de l’Afrique au sud du Sahara. Cette ouverture sur l’Afrique se manifeste dans bien de domaines, économique, culturel, religieux, sportif mais surtout dans celui de l’éducation. Avec une population d’environ 35 000 000 d’habitants (densité : 70h / km²) et un PNB par habitant de 3 500 dollars, le Maroc fait partie des pays émergents dont la puissance économique retient de plus en plus l’attention des observateurs.

Dites-moi que vaut le système éducatif de votre pays, je vous dirai quels sont vos espoirs de développement. Il est généralement admis que les chances de développement d’une nation dépendent fortement de la qualité de son système d’éducation. De ce point de vue, le Maroc est un pays où le système éducatif offre des perspectives d’avenir prometteuses. La réputation de ces établissements supérieurs, une vingtaine d’universités publiques et privées, est reconnue de par le monde.

On estime à plus d’une centaine, dont une vingtaine d’Afrique, le nombre de nationalités étrangères fréquentant les établissements supérieurs du Maroc. Beaucoup de ces étudiants africains sont titulaires d’une bourse de formation offerte par le Royaume chérifien. Un plan de réformes couvrant la période 2015-2030, sous l’impulsion du Conseil Supérieur de l’Enseignement (CSE), est destiné à donner un coup de fouet à l’amélioration de la qualité de la formation avec un grand souci d’équité en faveur des moins favorisés. Sur environ 450 000 étudiants au Maroc, on estime à près de 20 000 le nombre d’étudiants étrangers. Actuellement quelque 500 jeunes maliens poursuivent leurs études au Maroc.

C’est dans ce contexte que le Président de l’Université Privée Ahmed Baba (UPAB), M. Ousmane Dramé, sur invitation de l’Université Mohamed V de Rabat, a effectué un voyage d’études du 16 au 23 février 2016 qui lui a permis de visiter des établissements supérieurs à Rabat et à Casablanca. M. Dramé a constaté la très grande diversité et l’excellence des parcours de formation offerts par les établissements supérieurs du Maroc. Mais il a constaté que les domaines qui connaissent un progrès remarquable dans leur développement sont les études d’ingénierie et la gestion des affaires avec une très forte implication des technologies de l’information et de la communication avec des cours particulièrement recherchés sur le génie logiciel.

En une semaine, M. Dramé a pu visiter plusieurs structures de formation de l’université publique Mohamed V de Rabat qui comprend six facultés traditionnelles (médecine, droit, lettres, économie, etc.), trois écoles d’ingénierie, deux écoles supérieures et cinq instituts de formation. Les trois d’ingénierie sont : l’E M I (Ecole Mohammadia d’Ingénieurs), l’E N S T (Ecole Nationale de l’Enseignement Technique), l’E N S I A S (Ecole Nationale Supérieure d’Informatique et d’Analyses des Systèmes). M. Dramé s’est rendu aussi à l’E M G (Ecole Marocaine d’Ingénierie), qui se targue d’être « la 1e grande école marocaine en ingénierie » (génie civil, génie industriel, génie électrique). M. Dramé a été beaucoup impressionné par l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Rabat (public) plus connue sous l’appellation « Mines-Rabat ».

M. Dramé a été particulièrement séduit par les équipements pédagogiques des différents laboratoires visités, singulièrement par les labos de géoscience de l’université Mohamed V dont le centre d’intérêt porte sur l’étude de la terre, de l’environnement et de l’univers en général. Cette université compte plusieurs branches qui traitent, entre autres, des données satellitaires, l’exploitation des cartes géologiques, l’urbanisme, la protection des forêts et autres espaces verts, la protection des conditions de subsistance des animaux

Puis M. Dramé s’est rendu à Casablanca où il a visité deux établissements privés, l’Ecole Supérieure de Journalisme et de Communication (E S J C) et l’Institut supérieur du Génie Appliqué (I G A). L’Ecole de journalisme appartient au Groupe Eco-Médias, 1e groupe média privé du Maroc fondé en 1991 qui possède deux quotidiens, en arabe et en français, une radio et une imprimerie.

Au terme de son riche voyage d’études, le Président Dramé de l’UPAB a notamment signé des accords de coopération avec les établissements visités, des accords prévoyant la Co-diplomation. Dans le cas de l’I G A, l’accord de coopération prévoit même la possibilité d’obtenir des diplômes français.

Ces accords de coopération offrent d’exceptionnelles perspectives d’excellence de la formation à l’Université Privée Ahmed Baba avec échange d’étudiants et de professeurs. Les étudiants de l’UPAB pourront aussi bénéficier des offres de stages, de séminaires et l’accès à des installations pédagogiques dont l’UPAB n’est pas encore dotée. Il est même prévu dans certains cas des possibilités d’enseignement au moyen de la vidéo-conférence entre l’UPAB et ses partenaires marocains. Certains cours qui n’existent pas encore au département des mines de l’UPAB, comme par exemple l’enseignement ayant trait aux énergies renouvelables pourraient être délocalisés à Mines-Rabat.

Le Président de l’Université Ahmed Baba ne cache pas sa satisfaction et sa fierté devant de telles perspectives de coopération qui offrent aux étudiants de l’UPAB des possibilités exceptionnelles de formation de qualité et d’ouverture sur des avantages indiscutables en matière de qualification professionnelle. Une aubaine dont M. Dramé entend tirer le maximum de profit. Ainsi se trouve élargi le champ de la coopération entre l’UPAB et d’autres institutions de formation au Maroc mais aussi au Burkina Faso, au Canada, en Côte d’Ivoire, au Ghana, en France, au Niger, au Sénégal et au Tchad.

Sy Mandio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *